Infos en vrac du 10 septembre 2019


Inclassable / mardi, septembre 10th, 2019

Les gars, je vous ai déjà fait le coup au mois de juin, j’ai récidivé, j’ai re-disparu de la surface du globe. Je sais, c’est moche. Je ne vous ferai pas le coup de la mort du chien, d’abord parce que j’ai pas de chien (et du coup ba, aucune crédibilité), et ensuite parce qu’on connaît tous la réplique : « ça fait trois fois qui meurt ton chien ». S’en suivrait une battle de répliques cultes, qui nous éloignerait inexorablement du sujet du jour (ou plutôt DES sujets du jour). Bref, allons droit au but : ça pu la naphtaline sur ce blog. C’est tellement désert que je retrouve des moutons de poussière sous mon clavier, des boules de paille traversent mon écran (on les appelle des virevoltants d’ailleurs, tumbleweed en anglais. Vous le saviez vous ? Moi non. Instant partage de savoir), et la musique d’Ennio Morricone résonne dans les hauts parleurs (ah non, ça c’est parce que je suis banchée à Spotify, pardon).

En deux mots comme en cent, ça craint. Un max. Il faut donc remédier à ce manque total de discipline et raccrocher les wagons. Je m’en vais vous faire un récap de ce que vous avez manqué ces trois derniers mois.

# Les un an du blog

Oui, bon alors du coup, après 2 fois 3 mois d’absence, les stats de cette première année ne sont pas stratosphériques. En même temps, on peut difficilement être lu par monts et par vaux si on n’écrit que 3 fois l’an. CQFD. Mais bon, malgré tout et à ce jour, voilà où on en est grâce à vous :

  • 34 articles parus : ça c’est pour mon côté branleur donc, parce que 34 articles en 12 mois, c’est loin de pouvoir être qualifié de prolifique
  • 13 908 visiteurs pour 24 931 pages vues, ce qui est bien mais pas top.
  • un peu plus de 200 commentaires, tous réseaux confondus, à croire que mes aventures vous intéressent, c’est complètement fou
  • un peu plus de 400 abonnés, là aussi tous réseaux confondus, ce qui est encore plus fou

Du coup MERCI ! Merci de me lire, même si je m’absente un peu trop souvent et un peu trop longtemps (et non, je ne me servirai pas de l’excuse des 4 enfants ça serait trop facile, même si c’est vrai que depuis quelques semaines, je trouve plus facile de partager le quotidien sur Instagram – je vous y attends d’ailleurs !).

# Des vacances bien méritées

Je passe sous silence le mois de juillet, qui grâce à l’intervention combinée du centre aéré et de la crèche, fut parfaitement calme et studieux. A peine avons nous passé une journée au musée des Confluences avec les 2 grandes, fait une séance ciné et une journée piscine communale (j’ai décroché mon auréole ce jour là. Je vous jure, j’étais prête à être sanctifiée à 17h. L’Histoire jugera) .

# Côté montagne

C’est donc avec soulagement que nous avons vu arriver le début du mois d’août, et avec lui le début de nos pérégrinations. Nous avons commencé par une semaine à Vallouise, dans le massif des Ecrins. Le plus bel endroit sur Terre, sans aucun doute. VTT, via ferrata, accrobranche, escalade, montée au refuge du glacier blanc, tarot, apéro. C’était chouette, c’était dépaysant. Sur et certain, les vacances avec les cousins, ça rebat les cartes d’une fratrie, au moins pour quelques jours et rien que pour ça, on recommencera.

# Côté mer

On a ensuite enchainé avec 15 jours sur l’île d’Oléron, passage obligé chaque année depuis la nuit des temps (on vieillit les gens, on vieillit). En même temps, c’est le plus bel endroit sur Terre donc… (comment ça j’ai déjà utilisé cet argument ? Même pas vrai d’abord).

Alors je vous vois venir avec vos réflexions désobligeantes du genre « ouiii, heuu, était-ce bien raisonnable de traverser la France entière dans la journée ? », « N’auriez-vous pas pu vous arrêter quelque part pour couper la route en deux ? ». La réponse est bien évidemment non. C’est comme ça, on n’a peur de rien, c’est pas un petit trajet Alpes du sud-Charente Maritime dans la journée avec 4 enfants à bord qui nous freine. « On n’a qu’à partir tôt, on arrivera en début de soirée, on les fait manger et hop, à l’apéro !  » (qui disaient). Bien entendu, la journée a été UN PEU plus compliquée que ça, même si globalement, on ne s’en et pas trop mal sorti.

Non, le soucis ça a été le réveil le lendemain. Sous des trombes d’eau. Genre, l’ouragan Dorian à côté, un simple zef sur les côtes méditerranéennes (toute ma compassion allant néanmoins aux victimes dudit ouragan, naturellement). Moralité, on a pris le petit dej, j’ai fait un sac en deux-deux, on a collé nos 4 poussins un peu perdus dans la voiture, et on est repartis à Angers chez ma belle-mère, qui a le bon goût d’avoir une maison là bas (rapport au fait qu’à Oléron, on est en caravane et tentes, vachement moins confort sous la pluie du coup). Re 3h30 de bagnole. Pour revenir sur l’île le lendemain soir. Re re 3h30h de bagnole. Et ben je peux vous dire qu’on était contents de se poser pour de bon et d’enfin profiter de la plage.

Num4 a découvert les joies du sable, de sa formidable capacité à blanchir les dents ET à nettoyer les intestins en profondeur (amis de la poésie bonsoir), les grandes ont retrouvé leurs copines et num3 a tenté de parfaire sa maîtrise de la draisienne avec plus ou moins de réussite. Hormis un orteil découpé façon sashimi, 70 piqures de moustiques (chacun) et quelques chutes, nous n’avons aucun incident majeur à déclarer, ce qui signifie que ce furent encore une fois de belles vacances.

# Point rentrée scolaire

Si vous êtes parents, et même si vous ne l’êtes pas d’ailleurs, ça n’a pas du vous échapper, il n’est passé un truc étrange il y a 10 jours. On appelle ça la rentrée scolaire. Et en fonction de vos enfants (oui, pour le coup, il faut en avoir pour que ça ait du sens), vous ne vivez pas l’expérience de la même manière.

Il y a les gamins qui n’en ont rien à foutre faire, à qui ça ne fait ni chaud ni froid, qui sont même plutôt contents d’y aller pour la première fois comme d’y retourner pour voir les potes (comme nous finalement). Avec ceux-là, aucun soucis, la journée passe crème (si on exclus le fait d’avoir de nouveau des horaires à respecter, des km à faire de nouveau le taxi, toussa toussa).

Et puis y a les gamins qui sont contents d’y aller pour la première fois, qui peuvent même être surexcités à l’idée de mettre leur cartable et les pompes taille 25 (presque) neuves de leur(s) aîné(es) qu’on a retrouvé dans un tiroir, qu’elles sont encore un peu grandes mais c’est pas grave, ça fera l’affaire. Sur le papier. Ceux qui chantent les comptines de la crèche à fond les ballons dans la voiture, sortent de la voiture en mode triple lutz piqué, courent jusqu’au portail avec les frangins, trop contents de pouvoir enfin le franchir avec eux, qui arrivent en conquérants dans la classe. Et qui finissent par hurler quand ils comprennent enfin (enfin !) que non, maman ne reste pas avec toi poussin. Maman n’a pas besoin de refaire sa petite section de maternelle, merci. Maman n’a définitivement pas besoin de se coltiner 24 petits poussins aussi bruyants que les moteurs d’un A380 en plein vol (elle en a suffisamment à la maison, je t’assure) (ET elle a le plus grand respect pour les instits, encore une fois).

Num3 fait malheureusement partie de la seconde catégorie. J’aurais du m’en douter : elle a mis un mois et demi à se faire à la crèche, où je ne la laissait qu’une heure par jour (pendant laquelle elle ne faisait que pleurer, avec la régularité et la constance d’une horloge suisse). Je souhaite donc silencieusement tout le courage du monde à l’ATSEM et à l’instit de mon enfant, plus que 3 semaines à tenir. Promis après cette difficile période Gremlins, elle se transforme en Groucho Marx.

# Point activité qui tue

Sinon, au niveau des activités qui déchirent bien comme il faut, j’ai fait un baptême de montgolfière. De la montgolfière les gars !

Pour récapituler le truc, c’était mon cadeau de Noël 1796 (en vrai 2017, mais admettez que c’est tout comme) que je n’avais pas encore réussi à organiser. J’ai commencé par utiliser la carte grossesse en décembre 2018, n’ayant évidemment pas trouvé le temps de programmer la chose avant. Et puis début juin, premier vol annulé à cause de la flotte. Second vol annulé à cause du vent. Troisième vol annulé à cause du Tour de France (véridique). Quatrième vol annulé à cause du vent. Franchement, je commençais à croire au complot.

D’autant que samedi matin, en partant à 6h30 de la maison, je me retrouve sous la pluie. Vol maintenu, la dépression devant s’évacuer rapidement. Et effectivement, à 7h30, on a commencé à gonfler le ballon, pour un décollage vers 8h. 1h10 d’un vol assez irréel plus tard, on atterrissait tranquillou dans un champ à 25km de l’aérodrome, de l’autre côté de la Saône. Ba franchement, n’hésitez pas si vous avez l’occasion de le faire, c’est extra !

# Point santé

A ce sujet, je n’aurais qu’un seul chiffre à vous donner (en fait 3, les 2 derniers découlants du premier) : 261.

261 jours sans fumer, 2092 cigarettes non fumées (au bas mot, l’appli n’étant pas assez intelligente pour compter les clopes non fumées en soirée), 921€ économisés (même remarque, ce qui m’amène à penser que j’ai largement dépassé la barre des 1000 balles) (x2 si on compte que Papa Génial a lui aussi arrêté depuis tout ce temps). Je peux même annoncer avec fierté que j’ai empêché l’homme d’en allumer une pas plus tard que samedi soir dernier (ou était-ce déjà dimanche matin ? Ma mémoire flanche à ce sujet pour une raison que j’ignore). Avec toute la sagesse qui me caractérise, et aucune envie d’en griller une moi-même (l’idée ne m’étant même pas venue à l’esprit – pour de vrai). L’objectif, semblant au départ inatteignable, des 12 mois est en ligne de mire, et bon sang, c’est chouette.

Dans un autre registre, je me suis mise à la méditation. Ouaip, pour de vrai, 10 minutes par jour avec l’appli Petit Bambou (c’est pas moi qui choisit les noms, ne rigolez pas). Que j’essaie de combiner avec 20 minutes de yoga, mais j’ai encore du mal à me lever suffisamment tôt pour caler tout ça avant le réveil des nains. Je ferai un premier point d’étape d’ici un mois ou deux pour voir si j’ai réussi à m’y tenir mais en attendant, c’est assez agréable et satisfaisant de commencer sa journée comme ça.

# Point zéro déchet

Concernant le sujet du zéro déchet, un nouveau cap a été franchi récemment avec l’abandon progressif de l’aluminium (je ne vais quand même pas jeter un rouleau quasi neuf !). Ce changement est intervenu à la faveur d’une visite inopinée dans mon magasin Cultura préféré (dans lequel je me suis évidemment retrouvée contre ma volonté). Je suis tombée (par hasard) sur le rayon couture/tissus dans lequel je ne me rends jamais, et là merveille, une cascade de coupons plus jolis les uns que les autres, à des prix riquiqui. Je vous jure, quand l’univers vous envoie des signes pareils, il ne faut pas résister (et en même temps, pour passer au zéro déchet, il faut rendre le truc un peu glamour et paillettes, sinon on flanche rapidement).

Bref, on est passé aux emballages alimentaires réutilisables, plus communément appelés Bee Wraps. Si Dieu le veut, je ferai un article tuto sur le sujet (ouai, j’ai abandonné l’idée d’avoir la moindre influence sur ma propre vie).

# Last but not least

Ba non, évidemment que je n’allais pas oublier le premier anniversaire de num4. Notre dernier poussin est né il y a un an tout juste, et de me dire que 365 jours ont défilé depuis me donne presque envie de chialer (surtout parce que ça veut dire que j’ai moi aussi un an de plus et ça, je trouve ça inadmissible).

Vous rendez-vous compte que cet être humain tenait dans mon tee-shirt ? Mon tee-shirt quoi ! (Vous me direz qu’il tenait bien dans mon ventre avant, et vous auriez complètement raison). Et maintenant il cavale et bouffe tout ce qui lui tombe sous la main. Bon, il dort aussi 12h par nuit, ne dépend plus (uniquement) de moi pour survivre (ce qui est quand même vachement chouette, rapport à la charge mentale) et va bientôt pouvoir commencer à communiquer autrement que par vagissements. Bref, Léonard a un an. Vive Léonard.

Voilou, je crois que j’ai à peu près fait le tour et raccroché les wagons. Je vous promettrais bien qu’à partir de maintenant, juré craché, je publie plus souvent, mais j’ai appris que c’était vraiment pas bien élevé de cracher alors… Je ne peux que vous promettre de faire de mon mieux.

Juré craché !

7 réponses à « Infos en vrac du 10 septembre 2019 »

  1. Félicitations pour tout ça ! J’adore le ton enjoué de ton article ! Rentrée aussi pour nous mais début août (c’est de l’histoire ancienne du coup), la cadette a commencé l’école (à 5 ans en Vorschule mais il n’y a pas d’école maternelle en Allemagne) : elle était à l’aise et nous a fait signe de la main après être allée se présenter à la maîtresse. Bref, en deux minutes, c’était plié ! Plutôt que de parler des vacances en juillet (il y a trop longtemps mais elles étaient chouettes), on attend avec impatience les prochaines qui commencent dans moins d’un mois. D’ailleurs, le premier anniversaire du blog tombera pendant les vacances. Je vais peut-être faire un panier de spécialités allemandes en cadeau à gagner. 😉

    1. C’est quand même chouette quand ça se passe comme ça ! Mes deux grandes m’ont à peine dit au revoir leur premier jour de classe, et j’admets que ça m’a bien arrangée 🙂
      Et je valide le panier de spécialités allemandes, c’est une idée super chouette (et bien évidemment, je tenterai ma chance) !!

  2. Non mais quel dommage que tu ne trouves pas le temps de nous écrire ici plus souvent! Bon, fréquence limitée donc, mais toujours grand plaisir à te lire. C’était quand même un chouette été, on dirait bien! J’avoue que le vol en montgolfière me fait bien rêver, j’aimerais bien en faire un un jour! Et félicitations pour tout ce temps sans fumer!

    1. Merci merci !!
      Je vais faire en sorte de vraiment écrire plus souvent, d’abord parce que ça laisse des traces et que je trouve chouette l’idée de pouvoir se souvenir de toutes ces petites choses des années après, et aussi parce que j’aime l’idée de faire sourire les gens, à mon petit niveau 🙂
      Pour la montgolfière, franchement, fais le toi offrir je ne sais pas moi, à l’occasion d’un événement particulier 😉 (pour info, j’ai fait mon baptême avec l’aérodrome de Pizay, à côté du château du même nom donc, à 30min de Lyon, ils sont super gentils et passionnés !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.