Au delà de la colère


Famille nombreuse / vendredi, février 22nd, 2019

Une fois n’est pas coutume, j’écris ce billet presque sous le coup de l’émotion (je dis presque, il faut quand même bien prendre le temps de préparer à manger avant d’avoir deux minutes à soi…). Sous le coup de l’émotion disais-je, et pas d’une bonne croyez-moi. Pour tout vous dire, je me sens totalement démunie ce soir, sans solution dans le viseur, et c’est pas confort confort. Ma num2 est en crise.

Pour les deux du fond qui n’ont pas suivi, on est au ski depuis samedi dernier, et la semaine, si ensoleillée fut-elle, ne fut pas de tout repos. Et je ne parle pas du fait de skier avec trois petites bombes (enfin, une grande et deux petites). Non non, je parle de la gestion du comportement de ma seconde. Explosif, instinctif, sans filtre, démesuré, en un mot : invivable.

Alors on essaie de louvoyer, de négocier, on marche sur des œufs et on fait gaffe au moindre mot de peur de tout faire peter. Sauf que malgré toutes ces précautions, ça pète quand même. On aide, ça va pas. On laisse faire seule, ça va pas. On laisse filer devant, ça va pas. On fait la trace, ça va toujours pas. On porte les skis, raté. On les porte pas, mère en carton. On laisse se décharger la colère, on n’est pas à l’écoute. On garde son calme, on se fout d’elle. On crie (mea culpa, ça m’arrive de perdre mon calme), elle est à ça de demander une mesure d’éloignement. On lui explique que les gens qui l’entourent ne peuvent pas supporter cette insatisfaction permanente, ce rejet de l’autre, elle pleure en prônant l’incompréhension totale (adieu, humanité ingrate).

Alors on interroge : est-elle malheureuse ? A-t-elle des problèmes dont elle voudrait nous parler ? Aimerait-elle aborder un sujet en particulier ? Y a-t-il quelque chose qu’elle aimerait changer pour que ça aille mieux ? Réponse : le mutisme le plus absolu. Ou alors non non, tout va bien. Éventuellement un petit : mais c’est que je suis en colère maman. Ah oui, ça, j’avais remarqué depuis le temps mon poussin.

Alors en bonne mère rendue névrosée par cette situation (c’est forcément de la faute des mères hein, on est d’accord ?), je me demande si c’est à cause de ces quelques fois où je lui ai crié dessus quand elle avait 4 ou 5 mois et qu’elle me réveillait 7 fois par nuit parce qu’elle perdait sa tétine. Ou si c’est à cause de la fois où je l’ai envoyée bouler parce qu’elle réclamait mon attention et je n’avais pas le temps. Bref, j’ai cherché une cause, n’importe laquelle, mais une cause pouvant expliquer la situation.

Alors je me suis rappelé que la psy avait dit que tout allait bien chez num2, qu’elle avait juste été phagocytée par num1, qui l’avait empêché de prendre son envol en parlant à sa place, en répondant aux questions à sa place, en traduisant ses premiers mots (à presque 3 ans ses premiers mots, ça aurait dû me mettre la puce à l’oreille, num1, elle, parlait comme un livre à 18 mois). Elle a vu tout ça dans un arbre dessiné par num2 la psy (ils sont forts ces gens là). Et de finir la séance en me disant que ça se réglerait, qu’il fallait lui laisser un peu de temps. Soit.

M’enfin ça ne règle pas mon problème tout ça. Ni le sien d’ailleurs. Le temps passe et il n’y a pas beaucoup d’amélioration. J’en suis même arrivé à me demander si il ne fallait pas lui faire faire des analyses pour la thyroïde à ma gamine. J’ai eu des soucis, c’est héréditaire, les filles sont plus sujettes à ces problèmes, CQFD. J’en parlerai à ma généraliste lors du prochain rendez-vous de num4. Et sinon j’essaierais bien de l’emmener voir une sophrologue, il paraît que ça peut faire des miracles sur la gestion des émotions. Au point où j’en suis, je suis prête à vendre mon âme au diable si il le faut.

En attendant, si vous avez des conseils ou des astuces que je n’aurais pas encore essayés, ne vous gênez surtout pas, je prends tout ce que vous voudrez bien me donner !

Rendez-vous sur Hellocoton !

19 réponses à « Au delà de la colère »

  1. Hello, courage, courage, courage. Il parait que c’est aussi comme ça que les enfants cherchent leur place. Un petit re-tour chez le psy? Ton num4 est arrivé entre-temps, et sa place a encore changé, il y a peut-être un repositionnement à trouver pour elle. Bisous

    1. Ah mais si, je t’assure, de voir qu’on n’est pas seule dans ce cas, ça aide vraiment… Merci pour ton commentaire du coup ! Et courage à toi aussi si je comprends bien 😉

  2. Je compatis, c’est tellement dur au quotidien. Je prônerais un retour (et un changement) de pédopsy ? J’ai une copine qui avait une enfant de ce style (une 2e aussi), elle ne la supportait plus. la naissance avait été éprouvante. Et le jour où elle s’est effondrée chez le pédiatre en racontant à quelle point elle commençait à détester sa fille, combien la naissance avait été douloureuse, combien elle souffrait de ce conflit permanent, le tout devant la petite, tout a changé. Elle est devenue beaucoup plus calme et leur relation s’est améliorée considérablement. 🙂

    1. Merci de ton retour d’expérience interposée ! Je ne pense pas que le trauma remonte aussi loin, la naissance s’est très bien passée, mais peut être que j’aurais besoin moi aussi de voir quelqu’un, je ne rejette pas la possibilité 🤔. En attendant, sa deuxième étoile lui a donné le sourire, mais jusqu’à quand 😉

  3. Pas facile comme situation.. Je pense que la sophrologie peut vraiment être adaptée ! Ca peut faire des miracles ! Ou la réflexologie plantaire avec un professionnel compétent ! En gros, les chemins « alternatifs » me semblent être des pistes à creuser.. N’hésitez pas à en proposer plusieurs à votre fille. On a tous une sensibilité différente. Et si le choix lui revient, ça pourrait aider dans le processus je pense 🙂
    Courage <3

    1. Mon dieu, je me rends compte que je ne vous ai pas répondu 🙀. Damned !
      Alors oui, du coup, je penche sérieusement vers un chemin alternatif comme vous dites. Des amies ont eu de bons résultats récemment avec la sophro, mais la reflexo ou l’hypnose peuvent être de bonnes pistes… Promis je ferai un compte rendu de ce que ça aura donné !

  4. Pas d’astuces mais énormément de compassion, ma cadette ayant exactement le même profil que la tienne. Nous sommes aussi passés par la case psy. Paraît qu’elle va bien aussi. La première qui s’en sort prévient l’autre?

  5. Je me pose au moins autant de questions que toi et ai autant de doutes avec l’un de mes doudous choux. Epuisant le petit coeur de beurre avec ses crises et sa gestion particuliere des émotions… Quant aux réveils nocturnes et aux. cris, je fais et connais aussi…
    Plein de courage et de compassion

    1. Oh la la, je vois que tu as le combo gagnant comportement compliqué ET nuits pourries. Je compatis tellement 😓 ! Quand je n’en peux plus, je me dis qu’un jour tout ceci aura une fin 😉

  6. Courage !
    D abord la piste fatigue : le ski c est épuisant. La dernière fois (2006) que j y suis allée, je crois que je me serai comportée comme votre fille si j avais été enfant. D ou : alléger le progrme, sieste obligatoire, fruits et vitamines, vérifier le confort et l hydratation …
    Ensuite serait elle un des petits bolides et Num1 le grand ? Si num1 l’a déjà phagocytée, il continue de l enfoncer la non? Peut être un programme « moyen bolide » rien que pour elle.
    Enfin lui proposer de s exprimer par l écriture en lui écrivant une lettre et en lui proposant du matériel pour qu elle y réponde. Lui offrir des câlins « impromptus. Genre « bon là rien de ça plus, on lache tout et on se fait un câlin » (même si tous les autres vont déjeuner sans nous, qu on est au milieu du parking…)
    Et pour finir : demander de l aide. La psy ok, mais en changeant d adresse peut être ? Chez nous l hypnose à bcp aidée notre ainee (dont le caractère semble se rapprocher de num2)
    Bonnes vacances ! Et beaucoup de câlins !

    1. Pour commencer, vous avez raison, le ski c’est crevant. Néanmoins, vous seriez étonnée par la résistance de ces petites bêtes devant l’effort tant elles aiment ça (malgré tout, je stoppais les journées à 14-14h30 pour pouvoir faire autre chose de plus cool l’après midi).
      Le grand sur la photo c’est mon neveu 🙂 un exemple de patience et de gentillesse. Non, ma num1 c’est l’autre petite fille, celle en rose et orange. 2 ans d’écart et autant d’amour que de fourberie à revendre 😂 (un st Bernard croisé Machiavel).
      Pour ce qui est des câlins impromptus, je vais multiplier l’offre. C’est vrai, on n’en a jamais assez de toute façon 🙂
      Enfin, l’hypnose est une piste effectivement. Je pense commencer par la sophrologie, d’abord parce qu’on n’a jamais essayé, ensuite parce que j’aimerais pourvoir proposer à num2 une nouvelle option… Rendez-vous par ici pour un compte rendu des résultats obtenus ! 🤞🏻

  7. Mon aîné a fait d’énormes colères entre trois et cinq ans. Je n’en pouvais plus car il était très désagréable avec la cadette et c’était compliqué de gérer en plus un petit bébé. Il a été suivi pendant l’année scolaire de grande section par une psychologue pour enfants qui m’avait été recommandée par des amis et au bout de trois moisdéjà, on a vraiment vu un changement.
    Elle m’avait aussi dit qu’il allait bien mais qu’il avait du mal à trouver sa place vis-à-vis de ses deux petites sœurs.
    Essaie peut-être de contacter un(e) autre psychologue pour enfants.
    Bon courage en tout cas !

    1. Merci pour ton retour d’expérience. J’ai pris rendez-vous avec une sophro, j’aimerais qu’elle arrive à lui donner un ou deux outils pour gérer ses émotions.
      Ce week-end, num1 était chez une copine. Num2 a été métamorphosée le temps de son absence… D’ici à y voir un lien de causalité 😂

  8. Très dur moi aussi avec ma deuxième et ta description fait écho à ce que j’ai vécu. Le psy vu à 4/5 ans n’a rien réglé.
    La situation devenant intenable pour moi. Je suis allée voir un psy début septembre 2017 (elle avait 6 ans) et lorsque j’ai été au clair avec mes propres sentiments je l’ai emmené voir quelqu’un (5/6 séances Max) et depuis cela ne fait qu’aller de mieux en mieux…..donc je ne pourrais que te conseiller de consulter toi pour comprendre ce qui se joue dans votre relation! C’est salvateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.